The Game : le jeu de piste manipulateur de David Fincher

  • Par willard
  • Le 31/05/2014
  • Commentaires (0)

Le jeu de piste manipulateur de David Fincher

The game affiche 6848

David Fincher est l’un des réalisateurs les plus doués qu’on ait pu voir ces dernières années. Il a été l’auteur de films devenus cultes comme Seven et Fight club. Mais entre ces deux films Fincher a réalisé un petit bijou hitchcockien que la plupart des gens ne connaissent pas mais que les diffusions tv sont en train de contribuer à le rendre culte. Ce film c est the Game et je vais décrypter ce film pour vous.

  L’histoire est simple : À San Francisco, Nicholas Van Orton (Michael Douglas)  richissime homme d'affaires, avide de     pouvoir, froid, distant et triste (Ah ! le portrait craché de Gordon Greco 1)  va fêter ses 48 ans. 48 ans c'est aussi l'âge auquel son père a mis fin à ses jours. Il semblerait que rien ne puisse perturber la vie organisée de cet homme. Mais c'est sans compter son petit frère Conrad Van Orton (Sean Penn), ancien camé, qui passe sa vie à ne rien faire sinon à dépenser son argent. Conrad va lui offrir un cadeau original pour son anniversaire, une carte de visite d'une société « d'organisation de spectacle », la Consumer Recreation Services que Nicholas est prié d'appeler. Conrad explique à Nicholas que dès qu'il les aura appelés, « le jeu » viendra à lui.

Une chasse au trésor sombre The game 1997 4550 1865063527

Le personnage de Conrad annonce la couleur dès la scène du déjeuner d’anniversaire, «  ce jeu a changé ma vie ». « Ce jeu » s’avère être un jeu de piste assez personnalisé, construit après que le joueur ait subi une série de tests. En ce qui concerne, Nicholas,  la partie commence au détour d’une annonce assez spéciale, que je vous laisserai découvrir par vous-même. Ce jeu va amener son participant dans des situations les plus improbables les unes des autres (pantin inanimé dans la cour,  objets personnels qui disparaissent et qui réapparaissent dans d’autres endroits avec les conséquences qui en découlent). J’aimerais vous en dire plus mais cela serait criminel. Tout ce que je peux vous dire c’est que le simple jeu de piste à base de clefs va se révéler au fil du film comme un jeu sombre et très dangereux pour son participant. 

Un scénario à tiroir assez habile

Le film repose sur ce que l’on peut appeler un scénario à tiroir, c’est à dire une histoire où plusieurs évènements totalement imprévus surgissent tout au long du film et en font modifier son histoire, ce que l’on appelle plus communément histoire à rebondissements multiples. Dans ce film, le scénario remplit bien son rôle, plus Nicholas avance dans le jeu, plus les rebondissements vont se multiplier. Si les principaux rebondissements risquent de vous surprendre, certains, secondaires, peuvent être devinés à des kilomètres et peuvent agacer certaines personnes. Le rebondissement final est vertigineux et surprenant mais déroutera certains admirateurs de la première heure de Fincher.. Après pour ce qui est du scenario en lui-même, il reste assez crédible, même si pendant le film cela vous paraitra assez gros, mais tout apparaitra plus logique après le rebondissement final

The game 1997 michael douglas pic 3

Fincher : un sacré métronome

Si le scenario est assez bon mais il y a beaucoup mieux dans le genre, par exemple on peut citer Memento de Christopher Nolan réalisé 4 ans plusDavid fincher 001 tard, même si ce n’est pas tout à fait un jeu de piste. La principale qualité du film résulte dans la mise en scène parfaite de David Fincher : tout d’abord, par l’ambiance assez singulière qui se dégage, que ce soit par le traitement clair-obscur de l’image qui renforce la noirceur du film ou encore par les flashbacks en super 8 qui renforcent l’aspect nostalgique du personnage de Nicholas ; ensuite, par sa direction d’acteurs extraordinaires , que ce soit Michael Douglas qui livre ici l’une des prestations les plus marquantes de sa carrière, ou   l’excellent Sean Penn ou encore les seconds rôles, tous excellents et qui permettent d’entretenir le suspense sur  la suite de l’intrigue. Et pour finir, que dire de la mise en scène impressionnante de David Fincher, on sent que chaque plan est travaillé et contribue à laisser le spectateur en haleine. Au final, on peut dire que même si ce film n’est pas un chef d’œuvre, il n’en reste pas moins un très bon film sublimé par un grand cinéaste.

(1) : gordon greco est le personnage principal du très bon wall street de oliver stone , film pour lequel Michael Douglas a obtenu l oscar du meilleur acteur en 1989

The game

willard

Fincher the game douglas penn thriler film a suspense jeu de piste manipulation

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.