Very Bad Things

Une cérémonie drôle, macabre et sous acide

Key art very bad things

Comme le disait souvent un grand oncle à moi, qui jouait les airs de banjo entrainant de délivrance(film de John Boorman, pour résumer une chasse à l’homme bien malsaine), « rien ne vaut une bonne dose d’humour noir bien frappé ». Dans ce registre, il existe un film qui  répond parfaitement à cette définition. En 1997, un acteur jouant essentiellement des seconds rôles dans des films mineurs a décidé de réaliser son premier long métrage en dynamitant les codes de la comédie américaine. Ce jeune réalisateur c est Peter Berg, qui alternera par la suite le bon, le moyen et le très passable (Friday Night Lights, Hancock, Battleship). Je vais vous présenter ce premier film trash et ambitieux.

L’histoire : Quelques jours avant son mariage avec Laura (Cameron Diaz), Kyle (Jon Favereau) décide d'enterrer sa vie de garçon avec quelques copains, lesquels organisent une virée à Las Vegas. Laura voit d'un mauvais œil cette sortie, obsédée par un mariage qu'elle attend depuis toujours. La fête tourne au cauchemar quand Michael (Jeremy Piven)   tue accidentellement une prostituée engagée pour animer la soirée. Entrainé par Boyd (Christian Slater), le groupe d'amis décide de ne pas avertir la police et d'enterrer le cadavre dans le désert. C'est alors le début d'une spirale infernale.

Des personnages complètement loufoquesXa3v

Mais si l’histoire est complétement barrée, les personnages le sont aussi. à commencer par le personnages de Cameron Diaz, qui un an avant « Mary a tout prix », est excellente en  fiancée castratrice obsédée par le mariage parfait. Attention on voit très peu son personnage dans la première partie et prend réellement de l’importance plus approche de la fin du film. Mais ses apparitions sont tout simplement jubilatoires. Concernant la bande de joyeux de fêtards, on a de tout, les deux frères qui ne peuvent pas « s’encadrer »  (le plus vieux marié et assez moralisateur, le second toujours prêt à s’éclater mais bourré de remords), l’ami un peu simplet mais attachant, le futur marié, assez soumis à sa fiancée, qui est prêt à s’éclater et qui voit les évènements le dépasser. Enfin , il y a un cinquième dans cette bande de «  membres respectables de la société »,Doyle , un personnage à la fois cynique et froid , interprété par le génialissime Christian Slater ( que l’on aimerait voir plus souvent dans d’autres choses que des directs to dvd) apporte toutVbt1e sa folie et son jeu d’acteur à ce personnage complétement « siphonné »  qui lui permet de se démarquer de ses 4 autres camarades ( qui sont bons mais ont tendance à surjouer un peu) .

Sexe, meurtre et drogues

Le point fort de ce film, c’est son histoire, Peter berg n’hésite pas aller au bout de son jeu de massacre et c’est de là que résulte l’originalité du film. Ne vous attendez pas donc au happy end classique, car je vous l’annonce, Very Bad things se finit sur le même ton que l’ensemble du film c’est à dire un humour très corrosif. Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas un film d’enfant de cœur et la définition de jeu de massacre prend tout son sens dans la deuxième partie du film. C’est d’ailleurs en cela que ce film peut parfois diviser et que certains peuvent passer à côté. après ce film n’est pas parfait (un peu trop de dialogue, une narration des fois un peu à la va comme je te pousse, certains acteurs qui sur jouent) mais il contient son lot de bonnes idées et de scènes cultes : une scène de « défonce » filmée de manière assez énergique , une scène de combat délirante qui fait penser à la guerre des roses ( comedie culte de la fin des années 80 où un couple se dechire ) , des répliques assez « barrées » la réplique du casse-tête chinois est à hurler de rire si vous êtes adepte de cet humour .

Web very bad things

L’ancêtre trash de Very bad trip

Mais ce film s’avère être avec les années une référence pour plusieurs réalisateurs. la preuve, en 2008, deux scénaristes Jon LucaVery bad trip films et Scott Moore ont écrit un scenario, racontant l’enterrement de vie de garçon de 4 copains, à Las Vegas et après une soirée bien arrosée, se rendent compte à leur réveil que le fiancé a disparu. Ce scénario vous l’avez reconnu, c’est Very Bad trip  ( hangover le titre original) et bien les deux films ont beaucoup de choses en commun : le point de départ une soirée d’enterrement de vie de garçon qui tourne mal. ensuite et surtout le mode de narration, en forme de flash-back, ou une scène du milieu du développement du récit est montrée dès le début et par la suite on fait un bon en arrière pour mieux expliquer comment on est arrivé à cette situation; et enfin, pour leur ambiance déjantée, même si ce n’est pas la même forme d’humour, les deux films ont l’avantage indéniable d’avoir de l’audace et de l’originalité dans leur traitement et de le garder jusqu’au bout.

willard

Sans titre 2

comedie noir verry bad things verry bad trip Diaz trash Berg Sater

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×