Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy

    18425994 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

    Comment résister à cette moustache si fière et virile ?

Des stars américaines de la télé qui lors de leur passage sur grand écran donnent lieu à des films cultes remplis de caméo il y en a un paquet. L’émission comique Saturday night live étant une spécialiste du genre pour avoir accouché des Blues Brothers (1980), de Wayne’s World (1992) et de sa suite ; excusez du peu. Ainsi quand un des comiques de l’émission, Will Ferrell, alors jusque-là habitué à des apparitions discrètes au cinéma développe les aventures de Ron Burgundy, présentateur télé macho des années 70 adulé par son public de téléspectateur qui a fait du petit écran leur nouvelle religion on pouvait espérer un film culte et il y a eu un film culte.

Pas en France.

En effet pourtant il est doté de beaucoup de qualités à commencer par un humour qui pourrait être le fruit d’une union bâtarde entre les Monty Python et OSS 117 (oh Dieu, brulez cette chose avant qu’elle ne ponde des œufs) enchainant les situations absurdes qui font le quotidien de Ron Burgondy et de son équipe de journalistes dotés de QI déficients mais fort heureusement obsédés sexuels dans le monde très masculin de la télévision des années 70. C’est d’ailleurs l’apparition d’une journaliste aux dents longues bien décidée à s’imposer comme rivale de Burgondy qui sera le point de départ de l’histoire inspirée du parcours réel de la première femme présentatrice TV aux USA ; prétexte pour enchaîner les gags crétins. Tout n’est pas drôle mais on ne peut que sourire devant cette satire aux cent vingtième degrés qui se veut le premier film de la trilogie du «Mediocre American Man » avec la suite des aventures de Ron Burgondy et du film Ricky Bobby : roi du circuit.

4ososdv

La moustache de Ron, si elle eût été plus courte, toute la face de la terre aurait changé (et il aurait l'air d'Hitler avec un brushing parfait)

Alors pourquoi un tel oubli dans l’hexagone ? Est-ce sa sortie en salles le même jour que Star Wars III (ouch…) ou a-t-il été confondu avec Bruce tout-puissant paru l’année d’avant (que notre site avec le professionnalisme qui est le sien note sans hésiter Jim Carrey/20) lui aussi une comédie dans le milieu journalistique avec Steve Carell en second rôle (on retient Little Miss Sunshine, on oublie Evan tout-puissant). De même sa suite « Légendes Vivantes » est sorti en 2013 directement en DVD dans l’indifférence la plus totale.

Le film mérite sa réputation au pays du burger, classé 113éme des 500 meilleurs films de tous les temps par le magazine Empire il est réellement un chef-d’œuvre d’humour absurde avec son lot de scènes cultes comme une baston de rue entre chaines rivales avec un Ben Stiller mexicain ou une altercation avec Jack Black qui a du chien.

Anchorman 2 mustache

 Oh toi et ton irrésistible pilosité faciale d'un robuste style viril désuet dans son omnipotence

Ce film, ode à l’Amérique profonde est con avec toute la noblesse du terme. Une bizarrerie décomplexée déjà anachronique à sa sortie qui n’a pas fini de faire rire avec sa galerie de personnages déjantés au capital sympathie gigantesque.

Ron burgundy

scene culte USA classique journal presse Hollywood cullte humour Will Ferell Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy Ron Burgundy

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.