On voulait tout casser

Viril mais correct

Après le touchant «Le fils à Jo», petite comédie sympathique qui fleure bon le rugby et le sud-ouest, Philippe Guillard nous revient avec son deuxième film «On voulait tout casser».

Le film raconte l’histoire de Kiki, un cinquantenaire qui apprend un jour qu’il a un cancer en phase terminale et décide de le cacher à ses 4 amis d’enfance. Il veut donc profiter des 6 mois qui lui restent à vivre pour réaliser son rêve d’enfant: faire un tour du monde à bord d’un bateau. Cette décision, assez soudaine et précipitée, amène les cinq compères à se poser la question: Où sont passés nos 20 ans et nos rêves de jeunesse ?

Voulait tout casser

Kiki, Gérôme, Pancho, Tony, Bilou : un mélange de surnoms et de prénoms pour rendre les personnages sympathiques et leur amitié plus crédible, ce n’est pas un procédé  ingénieux mais cela fonctionne.

On voulait tout casser n’est pas qu’un simple «film de potes» façon «Le Cœur des hommes», c’est surtout l’histoire de cinq amis qui vont faire le bilan de leur vie. Ce n’est pas (tout à fait) pareil mais cela ne veut pas dire que cette approche soit originale. Ce type de concept existe depuis au moins « Vincent, François, Paul … et les autres » (1974) de Claude Sautet et a été traité une bonne vingtaine de fois.

Le film s’avère être correct à tous les niveaux. L’histoire se révèle être assez simple mais agréable à suivre malgré le fait qu’il manque, par moment, un tout petit peu de profondeur. Les protagonistes ne sont pas trop mal dépeints mais les personnages secondaires sont assez sous exploités.

11379978 645115848966869 2099002584 n

Le problème des films de Guillard est que les personnages masculins prennent beaucoup trop de place à tel point que les personnages féminins ne font presque jamais avancer l’intrigue. Elles sont cantonnées à des rôles d’épouses, d’amoureuses ou de faire valoir, dommage.

Les acteurs nous offrent une prestation assez convaincante mais pas exceptionnelle. Kad Merad, Charles Berling, Benoît Magimel et Jean-François Cayrey (le pote collant de Manu Payet dans «situation amoureuse c’est compliqué») sont crédibles dans leur personnages respectifs et Vincent Moscato (ancien rugbyman et humoriste) n’est pas le meilleur acteur au monde mais il ne s’en sort pas trop mal dans un rôle qui rappelle curieusement celui de Pompon dans le précèdent film de l’ancien rugbyman.

549861 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxxLa mise en scène n’atteint pas non plus des hauts sommets mais Philippe Guillard essaie de s’appliquer à rendre le tout vivant. Cependant, il y a pourtant deux petits bémols. Tout d’abord, l’ombre de Claude Sautet plane sur certains plans, ça se voit, la comparaison est inéluctable et on en conclut facilement que le jeune réalisateur n’arrive pas à la cheville du cinéaste. Ensuite, la musique est beaucoup trop envahissante et mélodramatique, elle transforme une scène d’émotion assez pudique en un bel instant de pathos à la limite du  tire-larme .

Pour autant, j’ai trouvé cette oeuvre assez agréable pour deux raisons. La première est qu’il remplit son objectif principal c’est-à-dire divertir. Il est drôle (ce qui n’est pas toujours gagné avec une comédie française), émouvant, bien rythmé par un montage dynamique, accessible à tous (mis à part deux-trois caméos d’anciens joueurs et une réplique, il n’y a aucune référence au rugby dans ce film). La seconde est que j’ai été agréablement surpris de voir qu' "On voulait tout casser" fait un éloge sur les vraies valeurs de l’amitié. En ce sens, Guillard réalise l’anti « petits mouchoirs ». Certes, le long métrage de Guillaume Canet est objectivement meilleur sur certains points mais il dépeint une vision assez cynique, faussement attendrissante et moralisatrice de l’amitié qui me déplait au plus haut point.

19505586

Entre un soi-disant bon film de 2h30, sur une bande d’egocentriques parisiens qui laissent crever leur ami dans une chambre d’hôpital pour aller bouffer des huitres à Arcachon et un divertissement correct d’1h26 sur 4 cinquantenaires qui vont aider leur meilleur pote atteint d’un cancer à réaliser son rêve de môme avant de passer l’arme à gauche,  mon choix est vite fait .

Au final, "On voulait tout casser" ne s'en sort pas trop mal au regard de ses modestes intentions. Après, je ne dis pas que ce film est un chef d’œuvre, qu’il restera dans votre mémoire 1 mois après l’avoir visionné ou qu’il mérite le prix d’une place de cinéma à 10 euros, mais pour une soirée détente télévisuelle du dimanche soir, ce film est un bon choix.

Willard

On voulait tout Casser

Pas trop mal réussi au vu de ses intentions initiales (petit divertissement sans prétention + éloge de l’amitié entre mecs)

Un film où les personnages féminins ont une grande place

Correctement interprété, écrit et mis en scène

Les petits mouchoirs (bis)

Un film qui manque un peu de profondeur dans son traitement

Une œuvre qui restera dans nos mémoires de cinéphiles

Un film qui repose sur un concept légèrement éculé

Un tire-larme (même si la musique ajoute une bonne dose de pathos)

Divertissement français correct 

comedie dramatique France Phiillipe Guillard Kad Merad Charles Berling Vincent Moscato Jean-François Cayrey Benoit Magimel

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.