Ex_Machina

Deus

 

Un conseil, un impératif : allez le voir. Oui vous pouvez lire mon article, pour parler d’Ex Machina je commencerais par énoncer qu’on a tendance à l’oublier mais qu’est-ce que c’est agréable de voir un film à l’intrigue ciselée, dégagée du superflu, pour arriver à captiver le spectateur à la manière d’un bon livre où l’on dévore les pages avec le plaisir grandissant de voir la fin approcher secondes après secondes. Alex Garland est scénariste, 28 jours plus tard et Sunshine chez Danny Boyle puis Dredd plus récemment, c’est de lui et ça s’est à chaque fois révélé plus qu’intéressant. Maintenant Ex_Machina signe son arrivée à la place de réalisateur-scénariste qu’il semblait mériter depuis quelques années, alors qu’est-ce que ça vaut ?

517724 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

Le scientifique fou, sa création et l'étranger paumé dans un triangle quasi-amoureux, c'est classique mais qu'est-ce que ça fonctionne bien ici !​

Je vous dirais ensuite que c’est un thriller en huis clos qui tourne autour d’une grande question de la science-fiction : à partir de quel moment une intelligence artificielle peut-elle être considérée comme entrant dans l’humanité ? De Blade Runner à Chappie en passant par A.I ou Her, de grands films se sont penché sur le sujet, Ex_Machina fait désormais partie du club. J’enchainerais probablement en rapprochant le film de Her cité plus haut (de Spike Jonze en 2014) dans la mesure où on est dans de l’anticipation, qu’on présente un homme seul qui va avoir un rapport ambigu avec une IA, si Her s’inspire plus du smartphone ici on s’attaque plus à google et au Big Data en reprenant en filigrane les thèmes à la mode de la surveillance sur internet et les réseaux sociaux.

Maintenant c’est votre dernière chance de voir le film avec un esprit pur de toute spéculation, car je vais très probablement vous parler de l’histoire de blue book (référence à des travaux du philosophe Ludwig Wittgenstein de 1934 sur la théorie du langage qui proposait de classer les mots par leurs fréquences d’utilisation et qui ont par la suite été utilisé dans le codage des moteurs de recherche), une entreprise à la Google dont fait partie Caleb, un codeur doué dans son domaine invité par son excentrique patron et fondateur de Blue Book, Nathan, réputé pour être le Mozart de l’informatique à venir participer à ses recherches dans son chalet High Tech paumé isolé au fin fond de la Norvège. En l’occurrence Caleb va devoir tester Ava, une intelligence artificielle à l’aspect féminin, pour déterminer si son esprit peut être considéré comme « humain ».

Ex machina movie large

En fait la plus grosse faille du scénario c'est que le scientifique chargé de déterminer si le robot à une âme est roux...à part ça le très sérieux magazine New Scientist à salué l'approche réaliste et raffinée de l'intelligence artificielle 

Forcement si l’intrigue tourne autour de trois personnages pour une heure quarante de film, autant ne pas prendre des tamagotchi, même s'il y a des tamagotchis très expressifs, et qu’un film sur des ordinateurs joué par trois tamagotchis qui font bip-bip ça aurait été carrément badass…  Bref, Caleb est interprété par Domhnall Gleeson, petit rôle dans Dredd et dans la mini-série de SF Black Mirrors, Nathan c’est Oscar Isaac qui a explosé en Llewyn Davis sous la caméra des Coen tandis que Ava est interprétée par Alicia Vikander, personnage secondaire dans le techno-thriller le cinquième pouvoir en 2013. En sachant que Gleeson et Isaac sont au casting du prochain Star Wars on peut affirmer que c’est du bon gros casting taillé pour la SF.

Ainsi je rappellerais que niveau jeu d’acteur on ne pouvait pas espérer mieux et que comme on s’attendait à un scénario particulièrement maitrisé qui nous retournerait le cerveau deux ou trois fois avant de nous achever via un final percutant et sans concession il faudra que j’enchaîne sur la réalisation : D’autant plus que le budget réduit sans être hyper serré (15 millions de billets verts) imposait une certaine retenue dans la réalisation, heureusement Garland exécute un sans-faute. La résidence high-tech où se déroule l’intrigue est montrée avec une froideur angoissante, de même que les plans à travers les caméras de sécurité et webcam accentuent le côté « expérience », chacun des personnages cherchant à deviner ce que veulent exactement les autres. Mêmes les (rares) scènes à l’extérieur en présentant les écrasantes montagnes norvégiennes et un paysage magnifique mais qui semble dénué de toute vie animale accentuent l’angoisse sourde qui tient le film. Après on est quand même loin d’un film d’angoisse, le personnage geek décomplexé de Nathan, citant aussi bien Star-trek que Pollock, fait beaucoup dans la construction de l’ambiance fascinante du film.

439076 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

Oscar Isaac interprète un barbe bleu moderne fascinant, sinon cette scène me fait penser à un épisode d'Evangelion

Sinon la musique sert le propos sans être mémorable et la direction artistique, sans être renversante, est sobre, colle aux thèmes abordés et a le mérite soutenir finement l’action.

Vous vous attendez sans doute à ce que je liste maintenant les inévitables défauts ? Tenant ici uniquement à ce que l’on attend d’un film de SF, l’amateur d’action ou qui rêverait d’un nouveau 2001 l’odyssée de l’espace restera sur sa faim, l’amateur de réflexion sur la frontière humanité-machine déçu d’Imitation Game jubilera. Ex_Machina est en l’état irréprochable tant sur la forme que le fond. Je vous ai dit d’aller le voir (battez-vous d’ailleurs, il est dans 83 salles), qu’est-ce que vous attendez de plus de moi ? Un article qui vous dira pourquoi ?

Ex_Machina

Intriguant dans son idée de base

Un gros film d’action

Intelligent dans son développement

Un film de SF exubérant, mais sa sobriété fait une grande partie de son charme

Génial pour son final

Pourvue des tares qui affligent en général les premiers films (rythmes douteux, trop contemplatifs, etc)

Joué à la perfection

Une grosse sortie ciné, la distribution est assez catastrophique en fait…

Une nouvelle perle de la S-F intelligente 

USA

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×