Avengers : L'ère d'Ultron

Garantie 100% sans spoiler :

 

L’univers cinématographique Marvel est fascinant. Pas forcément novateur d’un point purement technique ou conceptuel mais c’est la première fois qu’un projet aussi gargantuesque voit le jour : un univers composé de films ayant couté plusieurs dizaines de millions de dollars chacun et qui en ont rapporté plusieurs milliards. Onze films en dix ans (dix si on élimine le Hulk de 2008, exclut de la chronologie après une mésentente aux proportions épiques entre le rôle principal Edward Norton et les studios) qui forment un méta-scénario cohérent qui ne cesse de s’étendre, pour ne citer que les deux séries télé Agent Carter et Marvel : les agents du Shield.
La force de ses films face à toutes les adaptations qui les ont précédés, c’est qu’ils ont transposé à l’écran l’univers des comics Marvel et ses centaines de héros qui se croisent le temps d’une histoire, une adaptation quasi parfaite d’un média à un autre.

Avengers age of ultron by mrskanda d7scq92

Exubérent à tous les niveau, le film reste pourtant remarquablement homogéne et agréable à suivre

Toutefois cette mécanique bien huilée a connu un sacré problème en janvier 2013 quand Edgard Wright annonce que l’adaptation des aventures de Ant-Man est repoussée à après Avengers 2 avant de finalement être écarté du projet. Le problème, qui est loin de sauter aux yeux vu la faible popularité du héros dans l’hexagone, c’est que Ant-Man est censé être le créateur d’Ultron, l’intelligence artificielle qui dans un grand élan d’originalité décide que pour pacifier la terre il faut détruire l’humanité, et ce film devait donc être avec Captain America 2 (et le retour d’Hydra, les méchants scientifiques Nazi de l’histoire) les fondations de l’ère d’Ultron. Je sentais venir le syndrome Batman the Dark Knight Rise où Nolan après la mort d’Heath Ledger a essayé de recoller les pièces de son scénario initial pour à la fin sortir un film à l’histoire qui sentait bon l’accident de parcours.

Joss Whedon a donc sué sang et eau pour rattraper le coup, en fait sa solution à la création d’Ultron est bien faite et emmène la série vers de nouveau développements prévue dans les films suivants (comme Civil Wars déjà bien amorcé ici).

Avengers 2 la date de sortie avance e dune semaine en france

Agalmatolithe : attirance sexuelle pour les statues et autres objets figuratifs... c'est bon, je ne suis pas le seul concerné alors !

Série, oui car c’est bien de ça dont on parle ici, Josh Whedon c’est avant tout le créateur de Buffy contre les vampires et de Firefly, bosser pour Marvel n’a pas changé la donne. Avengers : l’ère d’Ultron est dans l’esprit un épisode venant conclure une série télé ; un season final aux proportions pharaoniques avec toutes les qualités et les défauts que ce concept implique.

Les qualités sont nombreuses, le film réussi à avoir plus d’une dizaine de personnages principaux sans que ça fasse brouillon, chacun à son moment de gloire (y compris ce qui à première vue paraissent facultatifs comme Hawkeye), les sous-intrigues sont légion et surtout on a droit à des scènes de détentes entre les batailles dantesques où chaque super héros sort son coup spécial, des moments tranche de vie des personnages qui semblent impensables dans un blockbuster de ce calibre.

342358 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

En plus de Capitaine America 3 et Avengers 3 : infinity war partie 1 & 2, le film tease Black Panther via Ulysses Klaw (à droite), un méchant récurrent de sa série

Les défauts c’est forcément que prendre le train en marche en commençant par Avengers 2 enlève au film une partie de son charme. Sans devoir se taper tous les films Marvel en prérequis, le visionnage d’Avengers premier du nom, de Captain America 2 et d’Iron Man est quand même conseillé. Ensuite c’est que ce mélange série/film entraine des relations entre les personnages fortes mais parfois maladroitement amenées (comme ici avec la vie sentimentale de Black Widow – Scarlett Johanson). De même les nouveaux venus, la sorcière rouge, Quicksilver (qui ne vaut pas son alter ego de X-Men: Days of Future Past) et Vision (c’est pas vraiment du spoil, il est sur l’affiche du film) ont du mal à s’imposer à l’écran entre Robert Downey Jr et Chris Evans, Iron Man et Captain America qui tiennent plus ou moins le film. On peut aussi regretter le traitement superficiel d’Ultron et de Vision, respectivement Pinocchio et créature de Frankenstein qui ne se hisse pas en matière de charisme et d’importance à leurs alter-égo papier.

Scarlet witch quicksilver avengers costumes revealed

À l'origine les enfants de Magnéto dans X-Men, la sorcière rouge et son jumeau Quicksilver ont été présenté dans la scène post générique du capitaine America 2 comme "miracle", appelé "optimisé" dans avengers 2 puisque les droits de X-Men appartiennent à la Fox qui a d'ailleurs fait apparaitre Quicksilver dans X-men Days of futur past mais en tant que version alternative puisqu'il a le même âge que le Magnéto jeune qui rencontre Wolwerine du futur que le Magnéto vieux envoie dans le passé... 5 secondes, je vais prendre une aspirine

Malgré tout, Avengers mérite vraiment son statut de pur divertissement, moins détendu du slip que le 1 (le charme de Loki faisait beaucoup alors), le film n’en reste pas moins une débauche d’effet visuel impressionnant qui s’ils tombent parfois dans la surenchère évitent le gavage (oui Man of Steel on parle de toi, et pourtant qu’est-ce que j’aime Snyder) notamment avec son intro à la James Bond dans un impressionnant plan-séquence qui a dû couter plus que le budget de tous les films de la compétition Cannoise 2015. Joss Whedon a véritablement fourni un travail titanesque dans l’écriture et la réalisation pour insuffler une âme au film, c’est drôle, c’est beau, pas une image n’est exempte d’une référence, le fan enchaîne les orgasmes visuels tandis que le non initié passe quand même un excellent moment.

Enhanced mid 17047 1429567982 8

A priori le dernier film Marvel de Joss Whedon, on ne peut que saluer son remarquable travail sur la série

L’amateur éclairé qui ne jure que par Bergman ainsi que l’allergique total à l’univers Marvel qui n’en peut plus du cabotinage de Robert Downey Jr et du teasing pour Infinity War en 2018 (commencé dans Thor en 2011) risque fort de s’enfoncer dans son scepticisme face à cette tentaculaire création, le kraken du film de super héros ; le reste appréciera Avengers qui, il faut bien le reconnaitre, et une merveille du film grand public maitrisé de bout en bout. 

Avengers : L'ère d'Ultron

Un digne héritier d’Avengers 1

Toujours pertinent dans ses sous-intrigues

Une histoire impliquant plus d’une dizaine de personnages sans qu’aucun d’eux ne fasse gadget

Sans un peu trop de teasing des prochains films 

Un excellent dosage entre action épique et comédie 

Sans quelques grosses ficelles et facilités scénaristiques

Perclus jusqu’à l’os de références aux précédents films et aux comics

Intéressant pour sa 3D, comme d’hab

J'ai tenté d'être relativement objectif jusque-là, parce que personnellement je sais qu'à sa sortie le Blu-Ray tournera en boucle sur ma télé

USA réussite Hollywood Adaptation comedie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.