Palo Alto

Le complément parfait de Virgin suicides

Palo alto

Dans la famille Coppola , après le père, génialissime Francis Ford Coppola( Le Parrain( Apocalypse Now) ; la fille, la brillante Sofia (  dont malheureusement le talent commence à s’essouffler depuis Lost in translation ) ; le frère, Roman brillant scénariste et réalisateur Dandy chic ( le très injustement mal aimé Dans la tête de Charles Swan III) ; je voudrais la nièce, Gia, qui réalise avec cette adaptation du recueil de nouvelles de James Franco, ses premiers pas dans le monde du cinéma. Pour son premier film, Gia a choisi un sujet, que sa tante Sofia avait brillamment exploité pour lancer sa carrière, qui était celui de la jeunesse. Ce film est une réussite ou un sous Virgin suicides ? Décryptages

Histoire : Piégés dans le confort de leur banlieue chic, Teddy, April, Fred et Emily, adolescents livrés à eux-mêmes, cherchent leur place dans le monde. Ils ont soif de sensations fortes et testent leurs limites. L’alcool, les drogues et le sexe trompent leur ennui. Ils errent sans but dans les rues ombragées de Palo Alto incapables de voir clair dans le tourbillon confus de leurs émotions.  Sauront ils éviter les dangers du monde réel ?

Un film d’une beauté et d’une classe folle

Palo alto 2013 movie picture 01

Ce qui frappe tout d’abord dans le film, c’est la maturité de la mise en scène de Gia, les plans sont travaillés, les images sont magnifiques (certaines ressemblent à des photos d’artistes contemporains) même les scènes les plus explicites sont filmées de manière intelligente et classe (le plan fixe sur le regard de Zoe Levin durant la scène de la fellation, le souffle et la bouche d’Emma Roberts, scène de sexe en hors champs). Gia s’inspire du meilleur de sa tante (la beauté des images) et de son oncle (la classe de la mise en scène) et même du travail de la  meilleure période de gus Van Sant (Eléphant, Paranoid Park). L’ensemble étant sublimé par la bande originale composée par le groupe Lightspeed Champion (1) et Robert Carmine  (le cousin de Gia, comme quoi tout est une affaire de famille), une pop langoureuse qui colle parfaitement à l’ambiance du film ( thème principal en duo avec Blood Orange : https://www.youtube.com/watch?v=fdcs196lo-o) .

Des acteurs inspirés

Medium nat jackGia Coppola, tout comme sa tante Sofia  qui avait confirmé le talent de Kirsten Dunst, révèle enfin le talent d’Emma Roberts. Cette dernière après avoir enchainé performances sympathiques (sceam 4, les Miller, famille en herbe) mais aussi extrêmement moyenne (Nancy Drew, Palace pour chiens, Valentine’s Day) trouve enfin un rôle qui la met en valeur. Elle impressionne dans ce rôle d’adolescente connaissant ses premiers émois sentimentaux et sexuels. Gia sait aussi révéler le talent des acteurs : tout d’abord, Jack Kilmer ( le blond à droite) énorme révélation du film (il effectue lui aussi ses premiers pas au cinéma), avec ses cheveux longs et son visage juvénile, mais aussi par sa maturité de jeu,  fait penser au regretté River Phoenix, d’ailleurs son personnage de Teddy fait curieusement penser à une version hétéro et en moins gigolo de Mickey Waters (2) ; ensuite Zoé Levin ( vue dans Cet été-là ) Palo alto critique image 3est parfaite dans son rôle de grande amoureuse des hommes qui est prête à se donner corps et âme à ses diverses conquêtes tout en attendant un peu d’amour en retour. Et enfin que dire de Nat Wolff ( le brun sur les deux photos), jeune acteur abonné au 9 ème ou 10 ème rôle de certaines productions américaines, très bon dans son rôle de garçon fou, manipulateur et paumé. De plus, il faut signaler la bonne prestation de James Franco  en prof de sport éphébophile et de l’apparition décalée de Val Kilmer en beau-père geek.

Un sujet bien exploité

Palo Alto est résolument le contraire du film du Virgin suicide. Là où Sofia représentait de façon morbide la jeunesse des années 60, celui de Gia représente bien les premiers émois de la jeunesse d’aujourd’hui qui se transforme progressivement en adulte : les expériences interdites : l’alcool , la cigarette et la drogue ; les cuites qui nous font finir au fond du jardin; les premiers émois sentimentaux qui nous font devenir mature ; la recherche de son identité (notamment sexuelle) ; les premières fois où l’on fait les préliminaires avec cette jolie blonde avenante qui nous amène James franco emma roberts in palo alto ftr 1tendrement vers la chambre d’amis ; les premières fois que l’on fait l’amour avec la personne que l’on croit aimer; les premières déceptions sentimentales; nos plus belles conneries d’adolescent; ces «  je t’aime » énoncés avec peur et conviction à la plus belle fille du lycée sur un transat au cœur de la nuit et pour finir  se prendre la tête sur cette fameuse question : « qu’est-ce que je veux faire plus tard ? » . Voilà le programme de ce premier film très réussi, on peut bien sur regretter que certains sujets soient évoqués mais non exploités (les réseaux sociaux, les problèmes du système scolaire et universitaire américain) , mais une chose est sûre c’est que le grand Francis Ford (il joue le rôle du juge qui condamne Teddy) ne « condamnera » pas le talent de la petite dernière de la famille. Bien au contraire ce premier film nous donne envie d’en voir plus, car Gia a le mérite de réussir là où Sofia a échoué avec son Bling ring, c’est-à-dire donner un complément parfait et résolument moderne du Virgin suicides de sa tante 

(1) : groupe enmener par le musicien Devonte Hynes, ancien guitariste du groupe Test Icicles.

(2) : protagoniste principal du film de gus vant sant My Own Private Idaho , interpreté par River Phoenix

wilard 

Palo alto version definitif

USA ; Coppola ; Palo Alto ; Gia ; Francis Ford ; James Franco ; Sofia ; Virgin suicides ; The Bling Ring ; Emma Roberts ; Zoe Le

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.