Batman : Assault on Arkham

Escape from Gotham

 

 

Il y a quelques jours est paru ça :

 Ccmf5aluaaab4l

Alors non cette verdeur n’est pas liée au reboot de Gremlins par la Warner puisqu’il s’agit de la première photo de Jared Leto en Joker reprenant la mythique pose de la couverture du comics The Killing Joke, ce qui a fait rugir de plaisir des centaines de milliers de fans à quelques barbus prés qui ont signalé que l’image de base est inversée. Enfin cela prouve bien que l’intérêt pour le Joker n’a pas faibli depuis 2008 (il y a 7 ans bordel !) avec la baffe Heath Ledger qui est passé en l’espace d’un mois du statut d’erreur de casting à celui de bon acteur à celui de révélation de l’année à celui de légende du cinéma pour enfin finir en tatouages vite regrettés.

Bref Jared Leto doit à peine avoir la pression pour son rôle, mais moi ce qui fait titiller mon ciné-sens c’est que le film concerné s’appelle Suicide Squad et que dans les comics, le joker ne fait pas partie de cette équipe (l’escadron suicide pour ceux qui ne pigent rien aux paroles d’Around The World de Daft Punk). Donc Jared Leto a de bonnes chances de n’y apparaitre qu’en second rôle ou au mieux en méchant et j’ai peur que le public se sente escroqué vu que toute la promo vend le film comme centré sur le joker, bref wait&see.

Maxresdefault 5

Alors de gauche à droite : BatteGirl, conjonctivite aigue, terminator, sourire d'enfer, la reine des neiges et dandy rorschach

Le Suicide Squad qu’est-ce donc ?
(J’adore les questions rhétoriques, ça me donne une excuse pour parler tout seul)

C’est le nom donné à un programme gouvernemental de la dernière chance, on prend une  équipe de super-vilains de l’univers DC (le monde de Wonder Woman, Batman, Aquaman, etc) et on l’envoie en mission suicide en échange de remise de peine. Ce qui est pratique car ça permet de faire mourir sans remords tout un tas de méchants de seconde zone tout en proposant une histoire originale car faut bien l’avouer, être du côté des bad guys c’est souvent cool. Après on peut se demander pourquoi le gouvernement des USA des Etats-Unis d’Amérique fuck yeah a besoin de l’aide de Mme Plastique ou du terrible Multiplex (la méchante salle de cinéma qui attaque avec du popcorn à 6 euros 50 ?) quand ils ont superman sous le coude, mais bon, la logique et les comics sont en désamour depuis un bail.

Batman : Assault on Arkham est, comme son nom ne l’indique pas, une aventure du suicide squad sous la forme d’un film d’animation de 2014 conçu directement pour le marché vidéo réalisé par Jay Oliva (qui a commencé en 2007 en réalisant des films d’animation pour Marvel avant que DC ne le débauche pour faire exactement la même chose chez eux) et Ethan Spaulding  qui a réalisé une partie de la série télé Avatar, le dernier maître de l’air.

The joker troy baker in batman assault on arkham

Clarisssssssssssssssssssse tsss tsssss

Ce qui est notable, contrairement à la qualité assez médiocre des films d’animation direct to DVD Marvel et DC, c’est qu’ici on suit les aventures d’un groupe de personnages globalement inconnu et on est en présence d’un scénario original donc pas d’une adaptation d’un comics particulier. Deux raisons qui ont visiblement laissé une certaine liberté artistique à l’équipe qui s’est un peu écarté de l’ambiance dark et sérieuse des aventures de Batman pour présenter une histoire à l’image de ses protagonistes : immorale et tarée, et bordel ça fait du bien.

Le pitch (ouais car on ne va pas aller jusqu’à appeler ça un scénario) c’est que Amanda Waller (ici une sorte de Nick Fury du pauvre) réunit le Suicide Squad pour aller chercher des documents top secret au sein de l’asile/prison de haute sécurité d’Arkham. L’équipe est composée ici de Killer Frost (Mister Freeze du pauvre version féminine), King Shark (killer krock du pauvre), KGBeast (un russe comme son nom l’indique subtilement), Captain Boomrang (t’avais pas plus imposant comme nom ? Genre Colonel Shuriken ou Maréchal Bolas ?), Deadshot le mercenaire dur mais juste (qui sera interprété par Will Smith au ciné), Black Spider (ici le Deadshot du pauvre avec un masque) et enfin Harley Quinn, l’ex psychiatre du Joker qui bascula dans la folie criminelle et qui fut même un temps sa compagne. Cette team est donc contrôlé par Amanda qui peut faire exploser les bombes dans leurs cous à tout instant s’ils n’obéissent pas au sein de l’asile qui contient quasiment tous les criminels de Gotham city, le joker en tête (doublé par Troy Baker qui globalement fait du Mark Hamill. Quoi ? Vous saviez pas que Luke Skywalker doublait le Joker dans la série de 1992 ? Honte à vous).

227963 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

L'affiche est classe, quasiment hors contexte mais classe

Batman la dedans ? Ouais il apparaît plus ou moins mais là n’est pas l’intérêt. Ce qui fait tout le sel du film c’est le côté très cinéma de genre lorgnant vers Grindhouse avec des personnages violents et clichés qui n’attendent que de se trahir les uns les autres, leur mission que l’on prend un malin plaisir à voir dégénérer en chaos total dans des scènes souvent piquées à d’autres films (on a du Watchmen, du Battle Royale, Escape From LA pour le scénario global avec des emprunts à tous les Carpenter orientés action, etc) le tout perclus de dizaines de références nichées dans un dialogue ou un plan à l’univers du chevalier noir. C’est de la bouillie certes, mais de la bouillie de qualité obéissant au combo gagnant sex, drugs et rock’n roll.

76 minutes au rythme parfait de l’introduction de l’équipe sur un medley musical au final cliché mais jouissif entrecoupé de bons moments de n’importe quoi maitrisé. Ce n’est pas le film qui changera fondamentalement votre façon de voir le monde car son but est d’être tactiquement placé devant une pizza, des potes et un nombre adéquat de bières, mais ça, il le réussit haut la main.

O5iktuxw

Harley Quinn dès sa création a eu une cohorte de fans, les raisons de son succès sont encore floues...

En tout cas j’ai beaucoup aimé le côté anti film de super héros et l’idée de voir le Suicide Squad de 2016 dans cette veine me plait, surtout avec Will Smith et Margot Robbie (la femme de DiCaprio dans le loup de Wall Street) en Harley Quinn.

Batman : Assault on Arkham

Dans le style grindhouse du cinéma de Rodriguez, Tarantino ou Carpenter

Dans l’esprit chevaleresque d’un Batman ou d’un Superman, c’est l’aventure d’une équipe d’antihéros et ça fait du bien

Bien doublé… en VO

Sans gros craquages de plombs par moments, tant mieux

Bien au-dessus de la moyenne des films d’animation de super héros destiné au marché vidéo

Mémorable pour son scénario ou ses dialogues cliché mais assumé

Parfaitement compréhensible pour celui qui ne connaît de Batman que les films 

Vraiment dans la continuité de l’univers de Batman puisqu’il est censé se passer dans la série de jeux vidéo Arkham, mais c’est anecdotique

Tuerie pour les fans, bonne pioche pour les autres

fantastique réussite Adaptation USA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×