Créer un site internet

Café Society

Café Allongé

 

Film d’ouverture du festival de Cannes 2016

 

J’ai une amie barmaid pour une marque de boisson chaude franchisé qui m’a expliqué comment on fait un café américain. En gros on prend une grande tasse, on y met un expresso et on allonge avec de l’eau chaude pour le vendre deux fois plus cher.

Ici Café Society, terme désignant le gotha new-yorkais des années 30, commence à Los Angeles. Tout va bien.

451098 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

De son générique à l'ancienne avant le début du film en passant par la musique et certains plans, tout est fait pour rendre hommage au cinéma des années 30.

 

Quoi de mieux pour dresser le portrait des mœurs d’une époque que de se placer du point de vue d’un jeune arriviste un brin naïf ? Rien visiblement. C’est pour cela que l’on suit Jesse Eisenberg (the social Network, le Jok… Lex Luthor dans Batman vs Superman, critique un jour peut être), jeune juif d’une famille modeste du Bronx – soit les trois piliers de l’œuvre de Woody- parti tenter sa chance à Hollywood via son oncle, célèbre agent de Star incarné par Steve Carell.

Si le choix de Carell s’impose aujourd’hui vu sa remarquable incarnation d’un homme de pouvoir dans Foxcatcher (j’aurais pu citer son rôle de Dieu le père dans Evan tout-puissant mais dans le long fleuve de la vie ce film est la dépouille d’un animal mort flottant à la surface), on peut noter qu’il était originellement destiné à Bruce Willis qui quitta le projet quatre jours après le début du tournage. Officiellement pour jouer dans l’adaptation théâtrale de Misery, officieusement viré par Woody Allen le trouvant trop mauvais.

241860 jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx

Si on est attentif, les gratte ciel moderne de Los Angeles apparaissent parfois en arrière plan. 

 

Bref, les trois premiers quarts d’heure sont consacrés à un triangle amoureux au sommet duquel se trouve Kristen Stewart souriante et solaire (si on m’avait dit que j’écrirais ça un jour). Parfaite dans son rôle de fille simple qui a du chien, à l’opposée de la galerie de stars fantasques peuplant les somptueuses villas de Beverly Hills où aucun brunch n’est complet sans jus d’orange dilué au champagne. Ensuite seulement on arrive à New York, Jesse Eisenberg, son éducation sentimentale achevée, continue d’évoluer dans la « café society » de la grosse pomme, galerie en équilibre instable entre la fine satire sociale et la caricature. Notre héros est vite rattrapé par le fantôme de son séjour Californien, enfin le film s’arrête quand il peut, comme il peut, pour laisser la presse se noyer sous les superlatifs.

La règle avec Woody Allen c’est qu’il est bon une fois sur deux, en général les années paires : Magic in the Moonlight (2014) était vraiment plaisant, l’Homme Irrationnel (2015) boursouflé. En toute logique j’ai beaucoup aimé Café Society malgré une foule de défauts.

243266 jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx

Il y a Blake Lively aussi, actrice de Gossip Girl, enfin il paraît, ma copine l'a reconnue en tout cas.

 

Structure en deux parties inégales (comme Escroc mais pas trop par exemple, en 2000 donc sympa), commençant par la légèreté d’Hollywood, osant les transitions ringardes ou datées entre les plans (à vue de nez c’est du Powerpoint), dont le récit est bien structurée, prenant. Arrive ensuite New York où l’on égrène les personnages sur un ton cynique accompagné de pas mal de fulgurances avec pour seul fil rouge Einsenberg. Woody voudrait donner un aspect film choral au tout mais ça apparaît trop tard, trop mal, les dérives sur les différents protagonistes dont les membres de la famille juive font plus remplissage qu’elles ne servent l’intrigue. De l’eau chaude.

Je ne dis pas que c’est désagréable, bien au contraire, en bon Jazzman que Woody improvise quinze minutes ou quatre vingt dix, je le suis avec plaisir, mais ce n’est pas parce que l’on fait un film sur la vacuité de l’existence dans un enrobage glamour à souhait que l’on se doit d’être vain. L’ironie est ici une fin, pas un moyen: Woody joue les narrateurs, fait gentiment dire à un de ses personnages « la vie est une histoire écrite par un auteur sadique » dès fois que ses 50 autres films n’auraient pas été assez clairs. Faute avouée à moitié pardonnée donc film à moitié mauvais ?

564529 jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx

Kristen Stewart replacera t'elle Emma Stone comme nouvelle muse de Woody ? Aucune idée, à vrai dire je m'en fout un peu...

 

Oui et non, j’ai aimé ce croquis nostalgique d’une époque révolue, la photographie sublime de Vittorio Storaro (Apocalypse Now) a poussé Woody à se dépasser et il signe là parmi les plus beaux plans de sa carrière, faisant passer pour une toile de maître une coupure d’électricité ou Central Park au matin, mais l’habituelle (in)pertinence de son propos se retrouve noyée, la faute à une idée de base qui ne tiens pas la durée. En somme je préfère mon café sérré.

Café Society

Le nouveau Woody Allen en hos compétition à Cannes, seulement pour la 14éme fois !

Réussi sur toute la ligne, passé la première moitié le film perd en intensité

Doté d'un casting plus que solide qui ne déçoit pas

Surprenant pour un Woody Allen, les allergiques à son style risquent de le rester

Accompagné d'une bande son jazzy et d'une ambiance rétro glamour à souhait

Egal dans ses dialogues ou dans ces scènes, il y a des fulgurances entrecoupées de platitudes

Parmis les plus beaux Woody Allen du point de vue de la composition des plans, la gestion de la lumière est splendide

Réussi pour son aspect choral, il y a la vie d'Eisenberg et des apartés 

Woody Allen

 

comedie festival de Cannes drame Hollywood USA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire