Bienvenue à Gattaca

Une référence 

Bienvenuejpg1601 c70d5

Bienvenue a gattaca debut d article

« Bienvenue à Gattaca » ou la séquence ADN la plus célèbre du cinéma . Adulé par tous les amateurs d’anticipation (1), « Bienvenue à Gattaca » est l’ exemple type du film qui passe d’un statut d’ovni au moment de sa sortie pour acquérir au fil des années le statut du film culte ; décryptage de cette œuvre novatrice .

Histoire : Dans ce monde se situant dans un « avenir pas très lointain », on suit l’histoire de Vincent (Ethan Hawke) , « Un enfant du destin » dans un monde où l’on est réduit à l'état de profil ( « le véritable cv est dans les gènes ») et où l'eugénisme (2) est devenu une pratique courante .Les enfants du destin ou invalidés sont privés d'éducation et réduits à des tâches subalternes tandis que les validés Gattacaou bébés éprouvettes , composés du meilleur de leurs parents,  accèdent aux plus hautes fonctions comme devenir élèves astronautes au sein de Gattaca ( la NASA du futur) . Notre cher Vincent ne rêve que d’intégrer Gattaca et de partir dans l’espace au lieu de laver des carreaux quotidiennement. Il va donc faire appel à un trafiquant qui va le mettre en contact avec Jérôme  (Jude Law), un ancien champion de natation « validé » ( un mélange de Michael Phelps (3) et de Raymond Poulidor (4) ), qui a perdu l'usage de ses jambes suite à un accident subi à l’étranger . Ce dernier décide de louer son identité et son corps à Vincent afin qu’il puisse réaliser son rêve . A eux deux , ils vont essayer de déjouer les lois de Gattaca.

Un film réalisé par un fan du genre

Andrew Nicol est un fan du genre et cela se ressent : comme « The Truman show » ( film de Peter Weir de1998) inspiré de « 1984 » d’Orson Wells et « Le Temps désarticulé » roman de Phillip K Dick, « Bienvenue à Gattaca » est librement inspiré du roman d'anticipation « le meilleur des mondes »  d'Aldous Huxley, datant de 1932 ( œuvres référencées dans un lexique en bas de l article ). Dans le roman d’Huxley , les individus , dès la naissance , sont divisés en deux grands types de population ( les castes inférieures composées des Gattaca 04Delta et Epsillon / les castes supérieures composées des alphas et Bêta ) tandis que dans le film de Niccol , les distinctions sont plus simples entre  validés / invalidés . Les invalidés de Niccol correspondraient à un mélange entre les Delta et Epsilon c'est-à-dire destinés à occuper les fonctions manuelles assez simples tandis que les validés sont l’équivalent des Alpha et Bêta ( à la fois beaux, sportifs et intelligents mais aussi de sacrés travailleurs ) . Ensuite, comme dans le roman d’Huxley, Niccol marque bien la différence d’univers entre les deux castes. Les validés vivent dans des maisons et appartements somptueux, fréquentent  les grands restaurants, tout n’est qu’opulence et luxe . Les invalidés vivent dans des appartements , dans des quartiers miteux . Mais Niccol ne s'efforce pas que de s'inspirer de cette œuvre, il en modifie le genre. Là où généralement les protagonistes du genre se révoltent par amour, pour le bien-être ou la survie d’un peuple ou leur propre survie contre un ordre social arbitraire, dans « Bienvenue à Gattaca », Vincent le fait pour vivre son rêve que cette société lui refuse de par sa condition d'invalidé . Niccol nous entraine aussi dans son  univers. Il insiste sur le moindre détail (les différents échantillons, les différents tests de dépistage, le centre ADN pour aider à connaître le code génétique de son prétendant , pianiste à 12 doigts ), nous fait partager son esthétique avec une direction artistique d’une classe folle ( l'esthétique de Gattaca, les véhicules du film) . Ce ne sont que des exemples, l’univers de Gattaca est beaucoup trop riche et fascinant pour être décrit en quelques lignes, je vous invite à y plonger corps et âme.

Gattaca 4

Un film universel

Les qualités du Ari 15premier film de Niccol sont évidentes , une direction d'acteurs impeccables ( Ethan Hawke et Jude Law ont tout simplement les rôles les plus marquants de leur carrière), une mise en scène sobre ponctuée de coups de génie ( la scène ou Vincent traverse la route) et un scénario globalement très satisfaisant malgré quelques personnages secondaires sous exploités ( l’inspecteur incarné par le brillant Alan «Edwin Hoover (5) » Arkin) .

 Là je vous vois venir chers internautes : enfin Willard pourquoi est-ce que  tu considères ce film comme ton film d'anticipation préféré, face à  des classiques comme « Fahrenheit 451 », « THX 1138 », « 1984 », « Rollerball » ( voir lexique ) ?

Chers internautes, la raison est très simple, c’est du à l’universalité de son propos . Comme je vous l’ai indiqué plus haut, ce qui différencie « Bienvenue a Gattaca » de la plupart des classiques du genre, c'est que ce personnage se révolte en raison d’une ambition certes basique et individualiste mais auquel on s’identifie facilement compte tenu du présent. Comme Jérôme dans son fauteuil roulant , on éprouve l’envie qu’il réussisse à aller sur le titan . Vincent nous fait partager sa volonté de réussir et de se dépasser ( les courses avec son frère, la scène du tapis roulant , le rituel qu’il doit effectuer chaque matin ) . À chaque fois , que je revois ce film, je n’ai qu'une seule envie aborder le quotidien avec la même volonté que Vincent et aller au bout de mes rêves . D'ailleurs , je connais quelqu’un d’autre qui a été touché par cette histoire, un jeune publicitaire néo-zélandais qui est parti pour Hollywood avec un scénario sous le bras, qui n’avait que pour ambition de réaliser des films de plus de 60 secondes, je crois que malgré les difficultés qu’il a rencontrées, il a plutôt bien réussi .

(1) : Genre littéraire et cinématographique lié à la science-fiction, regroupant des œuvres dont l’action se déroule dans un futur proche ou hypothétique .

(2) : Ensemble de méthodes et de pratiques visant à transformer le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé. Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles convergentes prises par les futurs parents, dans une société où primerait la recherche de l’« enfant parfait », ou du moins indemne de nombreuses affections graves .

(3) : Nageur américain dont l’écrasante domination lui a valu des surnoms tels que The Baltimore Bullet (« La Balle de Baltimore ») ou « Le Glouton du Michigan ». Il est le sportif le plus titré de l'histoire des Jeux olympiques avec 18 médailles d'or sur trois olympiades.

(4)  : Coureur cycliste français a la popularité  exceptionnelle , en dépit de son statut d'« éternel second » sur le Tour de France . (C.Q.F.D)

(5) : Personnage secondaire du film « Little Miss Sunshine » (2007) , réalisé par Jonathan Dayton et Valérie Faris , incarnée par Arkin  . Il livre une performance désopilante qui lui as valu logiquement l’oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Bienvenue a gattaca encart

Willard

Bienvenue a gattaca suite de l article

1)      Le Meilleur des mondes : Roman d’Aldous Huxley de 1931 .

  • Le Résumé : L’histoire se déroule en 632 de N.F. Dans un Etat Mondial où la devise est «Communauté, Identité, Stabilité». Cette société utilise la génétique, le «conditionnement» et le contrôle des individus pour qui tout est planifié et régulé. Les gens ne s’épanouissent plus que grâce à une drogue qui les rend illusoirement heureux : le SOMA. Pourtant un personnage échappe au système: Bernard MARX est un alpha dont le programme génétique a en partie échoué: il n’est pas comme les autres et souffre de sa différence. Il n'appartient plus vraiment à une caste; il refuse le SOMA, ainsi que la plus part des principes de sa société. Lors d'une visite dans une réserve de sauvages au Nouveau Mexique, il découvre une femme civilisée, une ex-Béta qui malgré l’interdiction de la maternité a été contrainte de mettre au monde un enfant: John. Bernard décide de les ramener à Londres et provoque un énorme scandale en les confrontant à l’homme qui les a oubliés là-bas 20 ans auparavant le directeur du C.I.C.
  • L’avis de Willard : Chef d’œuvre de la science-fiction , à lire absolument .

2)      1984 : Roman de George Orwell de 1949 /  adaptation cinématographique de Michael Radford en 1984

  • Le Résumé : Manipulant et contrôlant les moindres détails de la vie de ses sujets, Big Brother est le chef spirituel d'Oceania, l'un des trois Etats dont la capitale est Londres. Le bureaucrate Winston Smith travaille dans l'un des départements. Mais un jour il tombe amoureux de Julia, ce qui est un crime. Tous les deux vont tenter de s'échapper, mais dans ce monde cauchemardesque divisé en trois, tout être qui se révolte est brisé.
  • L’avis de Willard : L’adaptation cinématographique de 1984 n’est pas à la hauteur du roman d’Orwell .

3)      Fahrenheit 451 : Roman de Ray Bradbury 1953/ adaptation cinématographique de François Truffaut en 1966

  • Le Résumé : Dans un pays indéfini, à une époque indéterminée, la lecture est rigoureusement interdite : elle empêcherait les gens d'être heureux. La brigade des pompiers a pour seule mission de traquer les gens qui possèdent des livres et de réduire ces objets en cendres. Guy Montag, pompier zélé et citoyen respectueux des institutions, fait la connaissance de Clarisse, qui le fait douter de sa fonction. Peu à peu, il est gagné à son tour par l'amour des livres.
  • L’avis en Willard: Le film de Truffaut est une adaptation correcte du roman mais je préfère vous conseiller de lire ce chef-d’œuvre de la littérature moderne.

4)      THX 1138 : Film de George Lucas de 1971

  • L’histoire simplifiée : Dans une société souterraine du futur, les hommes vivent sous sédatifs. Ils sont socialement brimés par un pouvoir totalitaire et invisible au sein d'un univers blanc monochrome. Sous l'impulsion de sa compagne LUH 3417, l'ouvrier THX 1138 accepte de fuir avec elle.
  • L’avis en Willard : Référence cinématographique de l’anticipation réalisée par George Lucas , le papa de Star Wars .

5)      Rollerball : Adapté de la nouvelle, « Meurtre au Jeu de Boules » de William Harrison , par Norman Jewison en 1975 / remake de   John  McTiernan en 2002

  • Le Résumé : 2018. Le monde est contrôlé par des corporations économiques telles la corporation de l'énergie, basée à Houston. Ces corporations dirigent des formations sportives pratiquant le rollerball, sport violent ne permettant pas l'émergence de vedettes individuelles. Jonathan E brise ce tabou en survivant à des matchs disputés sans règles, mettant ainsi à mal la philosophie même du rollerball et de cette société du futur : « Le jeu est plus grand que le joueur ».
  • L’avis de Willard : Bannissez la version de 2002 de John McTiernan qui a dénaturé ce chef-d’œuvre , regardez la version de 1975 , certes elle a mal vieilli mais elle reste exceptionnelle .

6)      The Truman show : Film de Peter Weir de 1998

  • Le Résumé: Truman Burbank vit paisiblement. Marié à Meryl, infirmière, il vit dans la ville paradisiaque de Seahaven, remplie de gens sympathiques et de jardins bien entretenus. Et néanmoins Truman a envie de voyage à l'étranger, de découvrir de nouvelles choses, et surtout de retrouver une fille, Sylvia, dont le regard l'a envoûté dans sa jeunesse. Cependant, tout semble contraindre Truman à rester dans la ville.
  • L’avis de Willard : Un excellent film. Je le considère plus comme une comédie dramatique qu’un film d’anticipation, mais force est de constater qu’il a une résonance dans la société actuelle .

7)      Le Temps désarticulé : Roman de Phillip K Dick de 1959

  • Le Résumé : Ragle Gumm, 46 ans, non marié, vétéran de la 2ème Guerre Mondiale, vit tranquillement avec la famille de sa sœur dans une petite ville américaine, dans les années 50. Il gagne sa vie d'un façon un peu particulière : il trouve chaque jour la bonne réponse au concours du quotidien local. Mais quelque chose ne va pas. Pourquoi des objets disparaissent-ils parfois sous ses yeux pour laisser la place à des étiquettes portant leurs noms ? Pourquoi ce vieux journal trouvé dans un terrain vague parle-t-il de cette belle inconnue, Marilyn Monroe, comme d'une célébrité mondiale ?  Son beau-frère Vic Nielson se pose lui aussi des questions, depuis qu'il a cherché à éclairer sa salle de bains en cherchant, au lieu de l'interrupteur; un cordon de lampe dont il était persuadé de la présence... C'est sûr, quelque chose ne va pas. Mais est-ce chez Ragle ? Ou la réalité est-elle truquée ?
  • L'avis de Willard : Un K Dick  mineur ,comparé au reste de sa bibliographie ( papa de : Blade Runner , Total Recall , Minority Report), mais intéressant .

USA Andrew NIccol Ethan Hawke Jude Law Anticipation Bienvenue à Gattaca The Truman Show Rollerball THX 1138 Fahrenheit 451 1984 Le Meilleur des mondes Aldous Huxley

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×