Films cultes

Des analyse subjectives et construites de films qui méritent que l'on s'y attarde

Le Laureat

Merci Mr Nichols

Artoff2921

Il y a plus de 2 mois, j’ai appris, comme certains cinéphiles du monde entier, la disparition de Mike Nichols, l’un des plus brillants réalisateurs de l’histoire du cinéma américain. En 1969, ce brillant directeur d’acteur, originaire d’Allemagne, signa  la mise en scène d’un des plus grands classiques de l’histoire du cinéma. Décryptage.

L’histoire tout le monde en a entendu parler : Benjamin Braddock jeune ex-étudiant, tout juste diplômé, rentre chez lui et devient l’amant de Mrs Robinson, une amie de ses parents, mariée et plus âgée que lui. L’histoire va vite se compliquer lorsque le mari va essayer de pousser Benjamin dans les bras leur fille Elaine, du même âge que ce dernier.

Laureat1

Le lauréat est surement l’un des films les plus connus dans le monde, plus qu’un film culte, c’est un véritable classique que chaque vrai cinéphile qui se respecte devrait voir au moins une fois dans sa vie, comme « Taxi driver»(1976), «Boulevard du crépuscule»(1950), «Voyage au bout de l’enfer» (1978), «Forrest Gump» (1994) ou «Plein Soleil»(1960) pour ne citer qu’eux.

Je sais que vous êtes en train de vous demander pourquoi écrire un article sur l’une des comédies les plus connues de l’histoire du cinéma. La raison  est simple, très peu de personnes issues de ma génération, c’est à dire ceux qui sont nés depuis le début des années 90, n’ose voir ce film pour la simple raison que le film est sorti en 1968.Alors, je reconnais que certains chefs d’œuvres des années 30 à 80 ont très mal vieillis, regardez «Autant en emporte le vent» ou la plupart des films d’Alfred Hitchcock (bon pour certains cinéphiles qui sont en désaccord avec cela je me tiens à leur disposition pour un procès équitable sur la place publique).

«Le Lauréat» est un des rares films cultes de cette longue période qui a bien vieilli. Quand  je dis bien vieilli, je ne parle pas du grain très sixties de l’image ainsi que de la musique de Simon and Garfunkel  qu’on ne peut pas changer et qui donne non seulement son charme au film mais aussi le replace bien dans le contexte de l’époque (on en reparlera après). Je parle bien sûr de sa mise en scène, d’une partie de ses thématiques, de son scenario et de son jeu d’acteurs.

On va commencer par ses thématiques: le film raconte l’histoire d’un jeune homme qui couche avec une femme mariée qui a des enfants. Pour résumer la chose de manière simpliste, Mrs Robinson est la première MILFde l’histoire du cinéma (et oui la maman de Stifler n’était pas la première), une cougar intemporelle.

Laureat 1967 20 g

Il faut dire que «Le lauréat» est un film qui était très en avance avec son temps pour l’époque et qui révolutionna en quelque sorte les mœurs américaines avec le «Lolita» de Kubrick (1962), un autre grand film sur l’Éphébophilie (ou la pédophilie dans le cas de Lolita tout dépend de votre conception des choses). Tout cela pour vous dire que « Le lauréat» a lancé une thématique et l’un des fantasmes les plus connus chez les jeunes garçons en attente de perdre leur pucelage ; et qui a était repris dans une bonne partie de films depuis 1968, le dernier exemple en date étant le «Perfect Mothers» d’Anne Fontaine ( 2012). Je pourrais m’étendre plus longuement sur les thématiques d’ordre sexuel du film pour vous prouver à quel point ce film est moderne mais cela vous gâcheriez une partie du film.

Après, il y a une autre thématique qui revient assez souvent dans le cinéma actuel quand on parle de la jeunesse, c’est le fait que l’on trouvait déjà à cette époque un portrait d’une jeunesse blasée qui n’arrivait pas à se sentir bien dans la société et qui était préoccupée par son avenir; comme quoi 45 ans d’évolution sociétale n’ont rien changé sur ce plan-là, cela a même empiré.

Le laureat sort sur les ecransthe graduate pdvd 014

En ce qui concerne le jeu d’acteurs, mis à part le fait que l’on voit dès la première image que Dustin Hoffman est très loin de 21 ans ou alors c’est qu’il a méchamment doublé voir triplé chacune de ses années du secondaire, il est très convaincant. Alors, certes je me moque que ce cher Dustin ne fait pas l’âge de son personnage; mais mis à part cela il est tout à fait bluffant dans le rôle, il est Benjamin Braddock, toutes les expressions de son personnages sont naturelles.

Concernant Anne Bancroft et Katharine Ross: qui leur donnerait 37 et 27 ans ? Elles ont l’âge de leur personnage à l’écran, elles ont leur réactions, leur expressions, bon vous allez me dire : c’est leur job; mais quand même c’est troublant de réalisme, presque pas théâtral, bref elles ont le rôle dans la peau.

14 thumb1

Ensuite, en ce qui concerne le scenario, il est assez simple, léger et  universel pour être compris par tous, que ce soit au niveau de l’histoire ou au niveau de l’époque dépeinte. Bon, je reconnais que la très jeune génération va être étonnée de ne pas voir les protagonistes se souler en dansant dans les boites ; et va découvrir ce qu’étaient les diners américains; mais bon tous les gags sont universels (surtout celui du club de striptease qui était assez osé pour l’époque).

Enfin, la mise en scène de Mr Nichols est exceptionnelle: une direction d’acteurs époustouflante, des plan innovants et des scènes devenues cultes dans l’histoire du cinéma. Pour vous dire, la scène d’ouverture du film a été reprise par Tarantino dans "Jackie Brown" (1999); la scène de l’église parodiée dans "Wayne’s World 2" (1993); la scène du bus reprise et commentée dans la  pop culture; et la technique des plans subliminaux, Fincher l’a affinée et l’a réutilisée dans "Fight club"(1999).

4468053 mike nichols est decede 620x345 1

Nichols était un exceptionnel metteur en scène, en ce sens qu’il n’a écrit que deux scénarios durant sa carrière, peut-être n’était-il  pas à l’aise avec cet exercice ?  Personne ne le sait. Mais une chose est sure, il excellait dans ce qu’il savait faire . Ce fut l’un des seuls réalisateurs à avoir gagné à la fois un Oscar, un Golden Globe, un Emmy Awards (pour la télévision, équivalant des anciens 7 d'or chez nous) et un Tony Awards (l'équivalant des Moliéres chez nous). Il a même relancé la carrière de Nathalie Portman après ses performances assez limitées dans la deuxième trilogie Star Wars.

Après je ne dis pas que tous ses films sont des chefs d’œuvre, il suffit de voir le remake américain de «La cage aux folles» pour s’en rendre compte mais une chose est sûre, ils sont toujours bien mis en scène. C’était un grand monsieur du cinéma et du théâtre qui nous a quittés en novembre dernier, il ne reste plus qu’à espérer qu’il aura à la fin du mois de février, l’hommage qu’il mérite.

Il me reste plus pour conclure cet article qu’à vous expliquer mon point de vue sur la fameuse scène finale. Pour ceux qui ont pas vu le film, nos chemins se séparent ici, a très vite.

Willard

Spoil/explication/ Spoil / explication/ Spoil/ explication/ Spoil /explication/ Spoil/explication/ Spoil/explication/Spoil/explication/Spoil/explication

La fameuse scène du bus : elle a fait couler beaucoup d’encre et encore beaucoup de cinéphiles se posent des questions quant à  sa signification. On va resituer la scène. Benjamin arrive à empêcher le mariage d’Elaine, lors d’une des scènes les plus épiques de l'histoire du cinéma.

Le laureat katharine ross et dustin hoffman

Benjamin et Elaine s’enfuient en prenant un bus. Lors du dernier plan, on les voit assis sur la banquette arrière, le visage blasé et assez triste.

3057490225 1 3 njbbbyaq

Il y a deux justifications à cette scène :

La première : Je pense que cette scène finale est en fait la symbolique de la prise de conscience de la jeunesse décadente face au conformisme de la société puritaine. En 1968, le mouvement hippie commençait à émerger aux Etats-Unis avec  leur mode de vie peace and love (assorti d’un peu d’acide) ainsi que tous les comportements un peu déviants étaient condamnés par l’opinion publique. A cette époque, l’homosexualité était encore mal vue et il y avait une grande majorité de jeunes filles chastes qui se préservaient  pour le mariage du moins en apparence. En sachant cela, on peut se demander si Benjamin et Elaine n’ont pas pris conscience de ce qu’ils ont fait et du scandale qu’ils risquent de provoquer si leur histoire est découverte mais aussi du sacrifice qu’Elaine a fait en choisissant Benjamin au lieu du fiancé choisi par ses parents.

La seconde est plus simple : je pense que Benjamin ne se sentait pas à l’aise dans la société puritaine des années 60, plusieurs scènes du film le montrent. Après, cet enlèvement chevaleresque, Benjamin doit surement se demander s’il n’a pas gâché son avenir avec ce dernier coup de panache.

Après cette fin ouverte, on peut se poser la question de savoir si le couple benjamin Elaine va tenir, face aux mœurs sociétales de l’époque ainsi qu’à la psychologie du personnage de benjamin. Un film a essayé de compléter cette fin ouverte, pas vraiment une suite mais plutôt une tentative maladroite d’honorer l’esprit du lauréat. Ce film c’est «La rumeur court …. » De Rob Reiner (2004); alors pour être franc l’ensemble est extrêmement moyen (pour être gentil) mais bon on ne peut pas surfer sur la vague d’un film aussi culte sans se casser violement les dents. Alors je préfère vous conseiller une chose : zappez « la rumeur court… »; et faites fonctionner votre imagination, parfois elle est plus efficace qu’un bon nombre de scénarios préfabriqués.

Lire la suite