film sur la medecine

Hippocrate

Hippocrate le film

Quand la fiction rejoint la réalité

Ce n’est pas la première fois que la fonction publique nous offre d’anciens serviteurs de l'État, lessivés par leur travail mais alimentés par un ardent désir de nous décrire leur première carrière. Olivier Marchal est le meilleur exemple d’une reconversion réussie dans le milieu cinématographique. L’ancien policier nous a livré des polars d’excellente facture. Thomas Litti, ancien médecin, cherche à marcher dans ses pas, en nous livrant pour son premier film, le quotidien (pas si) fictif d’un hôpital parisien. Décryptage

Histoire : Benjamin, jeune étudiant en médecine, décide de faire son stage dans le service de son père. Pendant quelque mois, il va se retrouver confronté au quotidien que subissent les médecins.

Un contrepied à une fiction idéalisée

Hippocrate n’est pas une énième fiction a la "Docteur House" . D’ailleurs, Litti offre une scène intéressante au début du film qui montre le décalage entre les deux univers ; au détour d’une scène il confronte les deux univers et marque bien la différence entre le personnage d’Hugh Laurie et les médecins français.

Maxresdefault 2

Ces derniers ne sont pas des super héros engoncés dans des situations extraordinaires et glamour ; le film le montre bien. Les problèmes de budget, les appareils qui fonctionnent mal, l’entreprenariat des hôpitaux, y sont décrits avec une précision terrifiante. Litti arrive même sur certaines questions à prendre le spectateur à partie. L’ombre de Maïwenn et de son « polisse »plane sur ce premier film. Cela n’est pas du tout une mauvaise chose, bien au contraire car des films comme « Polisse »et « Hippocrate » manquent cruellement aujourd’hui au cinéma français .Un film qui nous questionne sur les rouages du système ; on peut bien sûr rajouter à cette liste l’excellent « L’exercice de l’État », mais ce dernier n’a pas la précision quasi-documentaire des deux premiers. Une précision qui ne se limite pas à son propos.

Un film à l’image de la vie

Hippocrate extrait vf reference

Le film de Litti arrive à jongler avec les genres et les émotions. On passe du rire aux larmes assez facilement, tout en passant par la case suspens et malaise, ainsi qu’un réalisme dans les situations qui permet au spectateur d’être immergé et de croire à ce quotidien librement inspiré par l’expérience de son réalisateur. Le duo Vincent Lacoste/ Reda Kateb est impressionnant.

Hippocrate bandeau

Le premier délaisse son image de sale gosse pubère et nous montre qu’il peut jouer des personnages beaucoup plus complexes, confirmant au passage son statut de grands espoirs du cinéma français. Le second montre qu’il a fait du chemin depuis « Un prophète » et prouve qu’il peut avoir le talent de se retrouver sur le devant de la scène. Les autres acteurs n’ont pas démérité que ce soit Marianne Denicourt, Jacques Gamblin et Felix Moati, ils  adoptent un jeu sobre et efficace.

En tous cas, il faut féliciter un film comme Hippocrate car même si il ne nous réconcilie pas avec un système hospitalier malade, il a au moins le mérite de soigner certains sceptiques. Messieurs, le cinéma français n’est pas mort, bien au contraire, grâce à nos jeunes pousses (Litti, Gallienne, Cailley) ainsi que d’autres biens expérimentés (Le Guay, Frazer, Tolledano et Nakache) ; nos maux quotidiens seront guéris et nos envies de cinéma seront satisfaites. C’était une ordonnance prescrite par le docteur Willard.

Lire la suite