Ethan Hawke

Boyhood

324219

Hero richard linklater boyhood 2

Richard Linklater est l’un des réalisateurs les plus talentueux du cinéma indépendant américain. Pour ceux d’entre vous à qui ce nom semble encore étranger, je vais vous rafraîchir la mémoire de la plus belle des manières. Si je vous dis  la plus belle trilogie romantique de l’histoire du cinéma, une histoire d’amour intemporelle. Avez-vous trouvé ? Si vous avez deviné que je parlais de la trilogie des « Before » (1)  alors c’est que vous étiez dans le vrai, en revanche si vous pensiez à Twilight, il va falloir sérieusement passer à autre chose. Bref, tout cela pour  vous dire que le garçon a du talent. Il en a tellement qu’il se permet le luxe d’alterner entre production Mainstream et projets expérimentaux. Boyhood : son dernier long métrage est un mixe des deux. Ce film est-il une réussite ou un ratage complet ? Décryptage

 

L’histoire de ce film se résume assez facilement, on  va suivre l’évolution d’un jeune garçon et de sa famille sur une période de douze ans. Là je vous vois venir, bon on a déjà vu des odyssées familiales de ce type au cinéma, en plus ce n’est pas compliqué à faire : on caste trois gamins qui se ressemblent à des âges différents, un peu de maquillage pour les parents et le tour est joué. Non, chers  internautes vous vous fourvoyez sur l’ambition du cinéma de Linklater, au lieu de choisir la solution de facilité et de bon sens, il a préféré filmer ses personnages 3 semaines par an pendant douze ans. Une ambition totalement démesurée certes, qui s’avère être au final payante. Je vais vous l’expliquer en deux points.

Boyhood

Une rétrospective brillante des années 2000

Boyhood est avant tout la chronique de la vie d’un petit garçon sur 12 ans. . À l’instar de certains films « générationnels » (oui, je parle de toi sympathique « génération 90 » (2)), ce film a intégré dans son histoire certains éléments culturels des années 2000 : On y voit le personnage de Masson junior assister au lancement du 6ème épisode d’Harry Potter et quelques années plus tard discuter avec une amie du phénomène Twilight, l’évolution technologique dans le domaine des jeux vidéo (Masson Jr joue sur une Game boy puis sur une Wii)  et enfin un beau plaidoyer contre Facebook et la génération connectée et hypnotisée par les écrans. Un bel hommage qui se ressent jusqu’à sa bande originale qui colle parfaitement à l’évolution de Masson et de sa sœur (à 6 ans, il écoute « Yellow »de Coldplay, sa sœur à 12 ans écoute « Téléphone » de lady gaga et quand il a 18 ans, on entend dans un café Somebody « That I Used To Know » de Gotye).

Une véritable famille de cinéma

Boyhood c est vraiment une idee de fou richard linklater cineaste en temps reel m161169

Ce qui est très intéressant dans Boyhood, c’est que la famille de Masson n’est pas un simple faire valoir pour raconter l’histoire de ce dernier, mais ce sont de véritables personnages secondaires extrêmement intéressants. Boyhood aurait très bien pu devenir une série TV étalée sur 20 ans, à l’instar de « Friends »(3).  Linklater a préféré un traitement cinématographique de 2h 45 min, n’en déplaise à ses détracteurs qui considèrent le film plus comme un  résumé, gentillet et sans grande émotion, d’une série tv qui aurait duré 12 ans. Pour une fois, ces derniers ont tort .D’une part, on s’attache à cette famille décomposée et à ses aventures; on ne peut pas s’empêcher d’avoir la larme à l’œil au moment de les quitter. D’autre part, au vu des termes abordés dans ce film, on ne peut pas dire que ce film soit réellement gentillet, certes on est bien loin du traitement carnassier et ironique d’un « American Beauty » mais on n’est pas dans le monde magique des bisounours puritains non plus (alcoolisme, violence conjugale, éducation sexuelle, alcool, drogue sont quelques-uns des thèmes abordés).

Sur le plan technique, le film est assez bien construit extrêmement proche du documentaire ( d’ailleurs pour l’anecdote , il a écrit en tenant compte de la personnalité de ses acteurs) ; la mise en scène est extrêmement travaillée, immersive et très bien rythmée ( on n’obtient pas un ours d’argent du meilleur réalisateur à la Berlinale dans une pochette surprise) ;  les acteurs sont très bons ( ah , Patricia Arquette tu nous avais manqué) et pour couronner le tout , les 2h45 de film passent comme une flèche .

Boyhood est-il chef-d’œuvre ? Pas tout à fait ! En effet ,il manque un petit plus à ce film pour rentrer dans ce cercle très fermé où l’on croise des films tels que  « Vol au-dessus d’un nid de coucou »(4) , « Pulp fiction »(5) , « Taxi driver »(6) , « Les affranchis »(7) . le film est prisonnier de son côté trop expérimental et dépourvu de performance d’acteur réellement marquante comme celle de Joe Pesci dans « Les Affranchis » . Après j’espère très sincèrement que le nom de Richard Linklater sera cité en mars 2015 dans la prestigieuse salle du Dollby theatre(8) car il nous offre une expérience rare et de qualité, une de celles qui comptent dans la vie d’un spectateur.

Boyhood est un magnifique film sur le temps qui passe, sentiment que ressent un père qui voit grandir ses enfants, peut être comme celui qu’a ressenti pendant 12 ans son réalisateur en voyant notamment sa fille grandir devant sa caméra.

1390260316000 lorelei linklater 2 sundance

willard

(1) : La trilogie des « before » se compose de trois films : Before Sunrise (1995) , Before Sunset (2005) Before Midnight (2013). Ces trois films suivent a des époques différentes et dans divers lieux,  la rencontre , les retrouvailles et  la vie de couple de Jesse et Céline , un américain et une française tombés amoureux l’un de l’autre.

(2) : Génération 90 est un film américain réalisé par Ben Stiller en 1994. Ce film raconte l’histoire de quatre amis de fac entrent péniblement dans leur vie d’adulte. Ce film est considère comme générationnel car il dépeint le  portrait de la jeunesse « Mtv » (nom donnée a la jeunesse des années 90) .

(3) : Friends est une série tv répartit sur 10 saisons. Elle  nous restitue le quotidien de six personnages formant une bande d’amis et vivant dans le même immeuble. Pour les rares , néophytes qui ne l’a connaissent pas , je vous conseille fortement de la découvrir .

(4) : Vol au-dessus d'un nid de coucou est un film américain de Miloš Forman sorti en 1975. Il raconte l’histoire de Randle P. McMurphy qui décide de se faire interner pour échapper à la prison alors qu'il est accusé de viol sur mineure. En attendant qu'on évalue sa santé mentale, il prend place aux « thérapies » de l'infirmière en chef, l'autoritaire et cynique Mlle Ratched, dont il cherche à révolutionner les règles.

(5) :  Pulp Fiction est un film de gangsters américain réalisé par Quentin Tarantino et sorti en 1994. il entremêle plusieurs histoires ayant pour protagonistes des membres de la pègre de Los Angeles et se distingue par ses dialogues stylisés, son mélange de violence et d'humour et ses nombreuses références à la culture populaire.

(6) : Taxi Driver est un drame psychologique américain de 1976, réalisé par Martin Scorsese.Il raconte l’histoire de Travis Bickle, un jeune homme du Middle West récemment démobilisé des marines, chauffeur de taxi de nuit à New-York. Pour échapper à l'ennui et à la solitude, il décide de faire quelque chose de sa vie. Il commence à faire la cour à Betsy, l’assistante du sénateur Charles Palantine, candidat aux présidentielles, mais elle le repousse après qu'il l'ait emmenée voir un film pornographique. Confronté à la violence et à la perversion de la nuit new-yorkaise, il devient fou et commence à s’entraîner au maniement des armes.

(7) : Les Affranchis est un film de gangsters américain réalisé par Martin Scorsese en 1990 . Le film retrace la montée et la chute d'associés de la famille Lucchese, Henry Hill et ses amis, couvrant une période de 1955 à 1980 . Une plongé réussi dans l’univers de la mafia .

(8) : Le Dolby Théâtre est la salle ou se déroule chaque année la cérémonie des Oscars .

Sans titre 12