comedie romantique

Un Homme à la Hauteur

Symptomatique

J'ai l'impression que ces dernières années, quatre profils de comédies françaises se sont développés. Le premièr  réunit celles qui sont soit faites pour de mauvaises raisons, fatalement complètement ratées par rapport à leur intention de départ (type Les nouvelles aventures d'Aladin ou Les Visiteurs 3). Le deuxième regroupe les bonnes comédies, devenues très rares par les temps qui courent (mes derniers exemples étant Saint-Amour ou Guillaume et les garçons à table). Le troisième contient toutes celles qui comportent quelques situations rigolotes mais aussi un scénario  cliché ou un ton trop sérieux (comme Five ou Lolo). Enfin il y a celles qui veulent véhiculer une morale ou des valeurs sympathiques mais qui ont oublié que dans ce genre, le comique et le sens du rythme y sont des composantes importantes. C''est le cas d'Adopte un veuf et d'un homme à la hauteur. 

C’était Willard pour Cinematogrill. Rendez-vous pour le prochain article mais en attendant n’oubliez pas de sortir couvert... Bon ok, je vais developper.

Virginie efira dans un homme a la hauteur 11517262cwhtw

 

Pour être franc, je l’attendais au tournant, non pas que j’espérais un chef d’œuvre, loin de là, mais j’étais quasiment sûr qu’il serait potable. À la réalisation on retrouve Laurent Tirard qui, si on occulte le ratage des deux "Petit Nicolas", peut inclure avec fierté dans son CV le fait d’avoir réalisé la deuxième meilleure adaptation live d’Astérix, un faux biopic sur Molière pas mauvais ainsi que "Mensonges et trahisons et plus si affinités...", bonne comédie acerbe, qui avait le mérite de fournir un rôle sur mesure à Édouard Bear et de capter l’énergie d’un excellent Clovis Cornillac, justement récompensé par un César du meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation. Bref, Il n’est pas un tâcheron. On le voit au niveau de sa mise en scène, caméra nette, plan bien pensé (notamment son jeu sur les perspectives), connaissance de la grammaire cinématographique supérieure à la (faible) moyenne française avec en prime une direction d’acteurs de bonne qualité. Loin de jouer des rôles qui marqueront leurs carrières respectives, on sent très clairement que Jean Dujardin et Virginie Efira ne sont pas là que pour toucher leur cachet. Ils rendent leur romance crédible, ils croient en leur personnage.

Virginie efira et jean dujardin dans un homme a la hauteur 11517278vqthu 1713

Bon, les trucages numériques sont quand même assez voyants

En fait ce qui cloche c’est clairement le scénario. Un homme à la hauteur est le remake d’une comédie argentine « Corazón de León ». Pour faire simple, une avocate (Diane dans le film de Tirard) en instance de divorce, va tomber, lors d’une conversation téléphonique, sous le charme d’un architecte drôle, courtois et cultivé ( Alexandre, dans cette version). Sauf que lors de leur première rencontre, il va s’avérer que ce dernier mesure 1 mètre 38. L’idée n’est pas bête, cela promet de véhiculer un message positif contre les préjugés sociaux et un lot de situations cocasses pour peu qu'elles soient bien écrites... Le problème est que ces dernières ne le sont absolument pas, c’est un mélange de vannes à la finesse inexistante, de méchancetés aseptisées véhiculées par des personnages secondaires caricaturaux et de running gags qui fonctionnent 1 fois sur 5. On esquisse deux sourires mais on est loin de la grosse poilade marquante. En ce qui concerne la partie romance, la trame est assez classique, un peu clichée et sans grande surprise pour le spectateur, certaines scènes traînent en longueur et perdent en intérêt. On ne s’ennuie pas ferme mais on voit quand même le temps passer.

Homme hauteur khan dujardin efira

La belle, le nouveau petit ami, et l'ex mari jaloux, c'est une formule trés simpliste, en fait.

Aujourd’hui, j'ai l'impression d'observer partout ces mêmes défauts, symptomatiques de nombreuses comédies françaises. Plombant des films qui ont des intentions ou des idées louables. Ce qui est vraiment dommage car je pense que si le cinéma français avait une approche plus qualitative que quantitative, il nous offrirait plus souvent de bons divertissements.

Willard

Lire la suite